L'impact du métaverse sur l'éducation

Le métaverse, terme popularisé récemment par Marc Zuckerberg, se développe rapidement et l'éducation n'est pas épargnée. Quels sont donc les changement auxquels il faut s'attendre ?

La continuité à la digitalisation des cursus scolaires

Faisons un point sur ce qui existe déjà. La crise sanitaire ayant bouleversé le monde pédagogique, de nombreuses technologies ont été intégrées dans le parcours scolaire. Les cours sont maintenant facilement accessibles en ligne. En effet, des plateformes pédagogiques sont en places pour y déposer contenus, vidéos asynchrones, questionnaires et bien d’autres contenus.
La pédagogie par projet a été popularisée avec, par exemple, la plateforme Moodle. La théorie est donc instruite hors des cours traditionnels, au rythme de l’étudiant, et les classes avec le professeur vont servir à poser des questions et à la préparation de projets.

Comme nous avons pu le voir dans l’article de blog “Comment garder les étudiants motivés ?”, professeurs et étudiants ont rencontré des difficultés face à la digitalisation des cours. Zoom fatigue, lassitude, manque de confiance dans les nouveaux formats proposés, charge de travail plus lourde etc. Le quotidien a été chamboulé et a demandé une grande adaptation de la part des deux parties.
Aujourd’hui, nombreux sont les étudiants et professeurs à désirer revenir vers des cours en présentiel et retrouver les habitudes bouleversées par le distanciel. Pour autant, la pédagogie est en train de changer radicalement et tend à devenir de plus en plus hybride, notamment avec l’arrivée du métaverse dans le quotidien des français.

Nous avons de plus en plus de chiffres aujourd’hui qui montrent l’impact qu’a eu le passage en distanciel pour les étudiants. The Conversation mentionne que 74,6% d’entre eux suivent l'entièreté des cours à distances, mais 41,4% admettent ne pas réussir à rester concentrer plus d’une heure avec format. S’ajoute à cela le manque d’interactions que ressentent 74,5% des étudiants. 
Pour contrer cela, le métaverse propose des solutions pour améliorer l’expérience apprenante. Le but est d’améliorer l’acquisition de compétences pour les étudiants en leur proposant une immersion dans un univers d’apprentissage adapté à eux grâce à l’IA.

S’adapter aux avancées technologiques constamment

Les Grandes Ecoles et universités doivent répondre à une demande : partager des compétences applicables dans le monde professionnel aux étudiants. L’IA est de plus en plus utilisée par les entreprises et les particuliers et la Big Tech l’a bien compris. On peut le voir avec l’explosion de la gamification et de l’utilisation de la VR au sein des cours, par exemple.
Il est nécessaire que les structures éducatives prennent les devants et répondent aux questions liées à l’apprentissage par l’IA et le métaverse pour conserver l’intérêt général de l’enseignement. Si la pédagogie par l’IA est discutée par des entreprises nullement issues de l’éducation, il y a un risque de création d’un standard, applicable en leurs faveurs et un risque de perdre la neutralité des compétences acquises. 

Le savoir-faire pédagogique en France est très grand et il est important de mettre des moyens en place pour le faire corréler au mieux avec les évolutions technologiques. Cela répondrait aux besoins émis par les étudiants concernant leur capacité à suivre des cours magistraux en ligne et au manque d’interactions généré par le distanciel.
Le but ici est d’offrir une expérience immersive pour les étudiants et leur permettre de vivre leurs études. L’étape de la digitalisation de l’expérience étudiante a déjà débuté et doit maintenant évoluer.


Le métaverse permettrait de partager les cours des professeurs au sein d’une plateforme liée à l’université et de laisser l’IA adapter les cours et proposer des conférences personnalisées pour chaque étudiant. Ceux-ci pourront définir des objectifs et des compétences à acquérir selon l’avenir professionnel souhaité et ainsi avoir un parcours éducatif complètement personnalisé. Un gain de motivation considérable pourrait avoir lieux, les parcours traditionnels pouvant être un frein pour nombre de jeunes.

Les professeurs auront un statut de coach. Ils pourront aider chaque étudiant à évoluer et à atteindre leurs objectifs. Ils pourront participer à la création des projets des étudiants, développer des solutions collaboratives ensembles etc. Ces-derniers auront aussi l’opportunité de collaborer avec des développeurs pour devenirs des “créateurs d’expériences d’apprentissage”. 
La dématérialisation des cours pose une question liée à l’avenir des écoles et des universités dans leur format traditionnel. En effet, la tendance envisagée grâce au métaverse tendrait vers un accès multicampus et multinational de l’éducation. Ainsi, les étudiants pourraient sélectionner les thématiques qui les intéressent, même si celles-ci proviennent d’écoles différentes. L’éducation ne serait donc plus défini par l’appartenance à une école, mais par le parcours unique proposé aux étudiants.


Le métaverse est encore une notion floue pour beaucoup. Mais avec l’arrivée de la crypto-monnaie, des NFT, etc., il y a une prise de conscience globale sur l’avenir qui se dessine et sur sa digitalisation certaine. L’éducation sera également au cœur de ce bouleversement. Gardons alors un œil certain sur ces nouvelles tendances.


Gabrielle Jambu
January 5, 2022
Newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter :
"Les contours de l'innovation pédagogique"
icon du bouton : aller à la page suivante pour visiter les différents blogs
Merci !
La magie opère dans votre boîte mail prochainement.
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Nos dernières publications