5 astuces pour développer l’autonomie de ses étudiants

Alors que les modèles pédagogiques sont remis en question avec la crise sanitaire, un besoin d’autonomie des étudiants se fait ressentir. Cette compétence jouant un rôle majeur dans le monde professionnel, les professeurs se tournent vers des pratiques qui renforcent l’autonomie des étudiants.  

La crise sanitaire a poussé la France entière à revoir les méthodes pédagogiques en les transformant en digital. Cette métamorphose des méthodes utilisées a soulevé de nombreux problèmes. Parmi eux, le manque d’autonomie des étudiants.

L’autonomie est une compétence qui s’apprend et se développe. Depuis petit et tout au long de sa vie, chaque être humain est plongé dans un environnement qui le conditionne. Cet environnement le pousse à développer son autonomie. Cette compétence étant primordiale pour l’Homme.

Aujourd’hui, l’autonomie est une qualité très importante à avoir dans le monde du travail. Les entreprises et professionnels recherchent des collaborateurs autonomes et capables de développer leurs compétences. C’est pourquoi il est très important pour un professeur de construire et travailler l’autonomie de ses élèves afin de constamment la renforcer.

Après avoir réalisé une enquête sur 2 155 enseignants, le réseau Canopé a constaté que 40% des enseignants ont pour priorité, face au manque d’autonomie des étudiants, de travailler l’autonomie des élèves.

Mais quelles sont les méthodes pour accroître l’autonomie des étudiants ? Ces pratiques sont diverses et parfois floues.

Keykase vous a donc fait un récapitulatif des 5 astuces pour renforcer l’autonomie de vos élèves.

1. Motiver l’étudiant :  

Le point le plus important pour un enseignant est de réussir à motiver ses étudiants. Le fait de motiver les étudiants stimule leur autonomie. Si l’enseignant donne l’envie à ses étudiants de participer et d’échanger durant le cours, ces derniers développeront davantage leur autonomie.

Pour atteindre cet objectif, vous pouvez motiver vos étudiants par une récompense, par exemple des points bonus obtenus grâce à leur participation.

Une fois motivé, l’apprenant agira de lui-même et enclenchera ainsi le mécanisme de l’autonomie en participant et en s’impliquant pleinement dans son apprentissage.


2. Impliquer l’élève au cœur de son apprentissage :

Impliquer l’étudiant au cœur de ses études permet de le rendre acteur principal de son parcours. Le fait que l’élève soit acteur principal le responsabilise. Ses décisions et ses choix sont décisifs pour son parcours ainsi, il prend conscience de ses responsabilités. L’impliquer dans son parcours permet également de le motiver à atteindre les objectifs qu’il se fixe. Ainsi, l’étudiant entreprend et agit dans le but d’atteindre les objectifs fixés.   

3. Faire des projets de groupe

Favoriser le travail de groupe permet aux étudiants de développer leur autonomie en se construisant mutuellement. Les travaux de groupe poussent les étudiants à entreprendre et à échanger entre eux, mais aussi à se fixer des objectifs afin de répondre au travail demandé. Les travaux de groupe permettent également aux étudiants d’établir une organisation de travail par eux même. Ainsi, lors de leurs travaux, ils échangent sur leurs différents points de vues, sur leurs opinions et prennent des décisions sur les forces et faiblesses de chacun.

Ces projets développent bien plus que leur autonomie, ils développent leur organisation, leur esprit d’équipe ou encore leur empathie.

4. Favoriser la prise de décision

En favorisant la prise de décision de l’étudiant, le professeur apprend à l’élève à faire des choix et en mesurer les conséquences.

L’autonomie de l’étudiant est ainsi stimulée. Faire des choix le conditionne afin d’être habitué à prendre des décisions. Cette pratique permet de naturaliser la prise de décision.

Pour cela, vous pouvez par exemple leur proposer des exercices participatifs réalisés en classe. Lors de ces exercices, il est nécessaire de questionner les élèves et les laisser faire le choix qu’ils estiment être le meilleur. Ainsi, ils peuvent échanger, collaborer ou encore se tromper tout en apprenant de la situation. Le rôle du professeur ici est de guider les élèves, mais surtout, les laisser faire leurs choix, qu'ils soient bons ou mauvais.

Par la suite, il est important de leur expliquer pourquoi ce choix était judicieux ou encore pourquoi il ne l’était pas. Le fait de laisser le choix aux étudiants sans leur donner immédiatement la réponse permet de les simuler et les inciter à agir d’eux même.


5. Utiliser l’auto-évaluation :

L’auto-évaluation est une méthode qui permet à l'étudiant de développer son autonomie, car cette pratique donne des responsabilités à l’élève. Au-delà d’accroître leur autonomie, l'auto-évaluation permet d’améliorer le regard critique des élèves. Leur réflexion est donc stimulée, ce qui les aidera dans leurs futures prises de décisions. L’autonomie est également renforcée grâce à cette méthode, car elle permet aux étudiants de s’engager pleinement dans leurs projets.

Finalement, l’autonomie est une compétence qui se travaille et qui se renforce grâce à une unité d’éléments. Alors ? Prêt pour en faire profiter vos étudiants ?




Nos dernières actualités